peperonity.net
Welcome, guest. You are not logged in.
Log in or join for free!
 
Stay logged in
Forgot login details?

Login
Stay logged in

For free!
Get started!

Text page


osiris69sk8er.peperonity.net

-OSIRIS THE GOD-

O$!R!$ 69

Osiris est certainement le dieu le plus populaire d´Egypte. Ce fait tient au caractère presque humain du personnage très différent de la plupart des divinités égyptiennes que leur personnalité abstraite rend moins accessibles au commun des mortels et dont le culte nécessite souvent l´intervention d´un clergé. La figure d´Osiris n´en est pas moins complexe et il est nécessaire de connaître la manière dont son culte s´est développé pour bien saisir la personnalité du dieu.

---La diffusion du culte---

A l´origine, Osiris ne devait être qu´un dieu modeste incarnant vraisemblablement les puissances de la terre et de la végétation. Mais ces principes chthoniens et végétatifs portent en eux les semences d´un devenir fécond. Le cycle annuel de la végétation qui meurt sous les eaux de la crue du Nil puis renaît après la décrue du fleuve, symbolise l´idée de la résurrection. Cette conception funéraire appliquée à la personne d´Osiris fait le succès de la divinité. Son culte se répand sur toute l´Egypte au cours de l´Ancien Empire. La figure du dieu s´enrichit au fur et à mesure de son extension géographique. Osiris cannibalise les attributs des dieux qu´il remplace et ses conceptions funéraires éclipsent progressivement celles des autres cultes, notamment solaires.

Le lieu de naissance du culte d´Osiris est difficile à établir. La couronne blanche que le dieu porte dans ses représentations au Moyen Empire indique que le dieu est originaire de Haute Egypte. Sa présence est attestée à Héliopolis et à Busiris au début de l´Ancien Empire alors que les Textes des pyramides associent fréquemment le dieu avec Abydos et la Haute Egypte.

A Héliopolis, où l´on célèbre le culte du dieu Rê, la personne d´Osiris est incluse dans la Grande Ennéade. Osiris est mentionné comme le fils de Nout et de Geb, le frère d´Isis, de Nephthys et de Seth. Le clergé héliopolitain élabore peu à peu une théologie osirienne compatible avec celle du dieu Rê. Au Nouvel Empire, Osiris devient l´aspect nocturne du dieu Rê. Isis et Nephthys président au lever du soleil qui symbolise la résurrection d´Osiris.

A Busiris, il est associé à une divinité plus ancienne aux attributs royaux du nom d´Andjty. Il en retire l´image d´un dieu-roi, souverain des temps primordiaux.

A Memphis, Osiris est assimilé au dieu Sokaris dont les attributs chthoniens facilite l´osmose. Mais c´est surtout le caractère funéraire de Sokaris qui enrichie sa personnalité. Cet aspect mortuaire se renforce lorsqu´il remplace à Abydos le dieu des nécropoles Khentamentiou.

Parallèlement à la diffusion du culte et à l´élaboration d´une théologie inclusive, une légende Osirienne se met en place, plus imagée et plus populaire. Cette légende est rapportée dans son ensemble par Plutarque (´ Isis et Osiris ´)car les textes égyptiens n´offrent que des épisodes incomplets.



Isis sur le corps d´Osiris (© photo : Johann Renard-Templier)

---La légende osirienne---

Fils de Geb (la terre) et de Nout (le ciel), Osiris reçoit en héritage la royauté du monde. Il entreprend aussitôt une œuvre civilisatrice en parcourant la totalité de la terre pour enseigner aux hommes l´agriculture et les lois qui permettent de vivre en société. Très aimé de ses sujets, il est appelé Ounennéfer ´l´être perpétuellement bon´. Jaloux, son frère Seth prépare un complot. Il invite son frère Osiris à partager un banquet en compagnie de soixante-douze complices. En plein repas, Seth fait apporter un magnifique coffre qu´il a fait secrètement fabriquer aux dimensions exactes du corps d´Osiris. Il promet à ses invités que celui qui possède la taille conforme au bel ouvrage pourra repartir avec.
Les convives s´allongent les uns après les autres à l´intérieur du coffre sans aucun succès. Lorsque que vient le tour d´Osiris, tous les convives referment sur lui le couvercle et le fixe solidement à l´aide de clous et de plomb fondu. Le coffre fut ensuite transporté jusqu´à la mer et jeté à l´eau (ou dans le Nil selon certaines versions).

Commence alors l´épisode de la quête d´Osiris dont il existe plusieurs variantes. Isis et Nephthys retrouvent le corps d´Osiris sur la rive de Nédit à l´endroit de son assassinat. Une autre version raconte comment Isis se met à la recherche d´Osiris et fini par retrouver son corps dans le port libanais de Byblos. Elle ramène la dépouille de son frère en Egypte et le cache dans les marais. Mais Seth découvre le cadavre et, de rage, le découpe en plusieurs morceaux qu´il répand dans toute l´Egypte. Chaque nome égyptien aurait ainsi récupéré une sainte relique du dieu. Isis entreprend de retrouver chaque morceau du corps afin de pouvoir reconstituer le corps d´Osiris.



La résurrection du dieu est attribuée suivant les versions : à sa mère Nout, au dieu Rê qui charge Thot de réanimer le corps du défunt, parfois à Anubis. La version la plus populaire montre Isis et Nephthys qui, à force de pleurer et de gémir, parviennent à ramener le dieu à l´existence. Isis, en se penchant sur le corps inanimé d´Osiris, lui redonne le souffle de la vie par le battement de ses ailes. Se plaçant sur le corps du dieu, elle conçoit de lui un fils nommé Horus. Par précaution, elle cache l´enfant dans les marécages du Delta à Chemmis pour le soustraire à la violence de son oncle Seth.

Parvenu à l´âge adulte, Horus entreprend de reconquérir le trône d´Egypte usurpé par son oncle. Les combats entre Horus et Seth, d´une rare violence possèdent une dimension tragico-comique. Chacun essaie de ridiculiser son adversaire pour le discréditer devant l´assemblée des dieux. Le contentieux est jugé devant le tribunal divin qui rend la royauté d´Egypte à Horus. L´épisode de cette lutte symbolise le combat du bien contre le mal, de l´ordre contre le désordre. Horus représente la stabilité, Seth le chaos. Cet épisode du mythe d´Osiris pourrait tirer son origine de combats prédynastiques entre le Nord et le Sud de l´Egypte divisé en deux royaumes.

---Le culte d´Osiris---

Dès la Ve dynastie, dans les textes des pyramides, le pharaon est assimilé à un Osiris renaissant. Mais l´apothéose céleste que connaît le pharaon est difficilement accessible au commun des mortels. L´idée de s´identifier à une divinité qui a vaincu la mort et qui règne sur le monde souterrain de la nécropole est à la portée d´un plus grand nombre d´individu. Cette conception se développe à la fin de l´Ancien Empire et se généralise après les troubles politiques et les guerres civiles de la seconde Période Intermédiaire. Le doute et la peur s´installent et l´espoir que chacun puisse devenir un Osiris dans l´au-delà est une perspective réconfortante. L´idée de résurrection se ´démocratise´ et la personne d´Osiris tient désormais une place centrale dans les croyances funéraires égyptiennes.

Au Moyen Empire, les sarcophages se couvrent de textes funéraires (Textes des sarcophages) destinés à faciliter la vie du défunt après la mort. Les références osiriennes sont nombreuses et l´idée d´un jugement dernier, présidé par Osiris se développe.

Au Nouvel Empire, les Egyptiens placent dans les sarcophages des papyrus qui constituent un recueil de formules magiques destinées à aider le mort dans l´au-delà. Ces papyrus, abondamment illustrés, forment le ´Livre des morts´. Ils donnent une description de l´Amenty, le royaume d´Osiris. Les champs d´Ialou y forment une sorte de paradis où chaque défunt continue à mener une existence paisible comme sur terre. Mais le mort doit triompher au préalable de la psychostasie, la pesée des âmes, qui forme le jugement dernier. Un tribunal divin, composé d´Osiris et de quarante-deux assesseurs préside la cérémonie. Le cœur du défunt, lieu de la conscience humaine, est posé sur le fléau d´une balance. Une plume symbolisant la déesse de la vérité et de la justice est placée sur l´autre fléau. La pesée à lieu pendant que le mort se confesse à Osiris et ses juges. Si le cœur est plus léger que la plume donc exempt de péchés, le mort est déclaré Imakhou, juste de voix, et peut accéder au royaume des morts. Dans le cas contraire il est englouti par un monstre hideux appelé la ´Dévorante´. Parallèlement aux rites funéraires, les fêtes religieuses en l´honneur d´Osiris étaient très populaires. Elles se tenaient à Abydos où chaque année on jouait une représentation de la légende osirienne. Une procession était organisée lors de laquelle Osiris sur sa barque massacrait ses adversaires. Plus à l´écart, des prêtres célébraient dans le secret des temples les ´mystères´ du dieu. C´est le dieu de la terre et de la végétation qui était honoré pendant ces cérémonies. Elles se tenaient au quatrième mois de la saison de l´inondation au moment où la décrue du Nil entraînait une nouvelle floraison. Cette renaissance végétale symbolisait la victoire de la vie sur la mort.

Les Egyptiens avaient l´habitude de façonner de petites statues d´argile humide à l´effigie du dieu Osiris contenant des graines. Lorsque la germination avait lieu, elles formaient des statuettes de verdure que l´on plaçait à l´intérieur des tombes. Elles symbolisaient l´espoir en la résurrection à l´image de la vallée du Nil renaissante après la décrue.


+++L´origine du nom ´OSIRIS´+++

L´origine du nom d´Osiris est mal définie. Dans sa forme première (Textes des Pyramides), le nom est composé de deux hiéroglyphes : un trône (st) surmontant l´oeil oudjat (jr) du dieu Horus. Le trône ...


This page:




Help/FAQ | Terms | Imprint
Home People Pictures Videos Sites Blogs Chat
Top
.