peperonity.net
Welcome, guest. You are not logged in.
Log in or join for free!
 
Stay logged in
Forgot login details?

Login
Stay logged in

For free!
Get started!

Text page


vargvikernes.peperonity.net

Burzum / aske

Burzum / aske



« Burzum/Aske »,

c’est le début de l’épopée mystique (et ultimement tragique) de Varg Vikernes à travers un Black Metal qu’il a su adapter à son propre univers imaginaire habité par les divinités nordiques et des légendes païennes plutôt que par la grande faucheuse ou ce bon vieux Lucifer. Sur ce premier album (auquel, sur cette édition, vient se greffer une démo culte de trois titres, « Aske »), on découvre une âme torturée, une ambiance presque indescriptible tellement elle est sombre, une formule musicale ultra basique mais tout à fait unique et surtout une voix à la limite de l’agonie, qui vient nous glacer les sangs. Burzum ("noirceur" en norvégien) est le projet personnel de Vikernes : il y joue de la guitare, de la basse, de la batterie et des claviers. La production de l’album est, ma foi, très croustillante et immersive. Les riffs de guitares distortionnés s’unissent à une batterie quasi-tribale, aux grondements de basse à moitié inaudibles et aux claviers planants pour créer une rythmique froide et prenante, avec de judicieux changements de temps. Les vocaux si caractéristiques de Varg sont en fait de véritables cris d'une violence inouïe, des cris longs et perçants. Le comte demeure le vocaliste de black le plus intense que j’ai jamais entendu (et c’est quelque chose si on pense à Nocturno Culto, Death, Hoest, Satyr, Legion, Ihsahn, Attila ou Garm). Le point primordial qui fait toute la magie de cet album : L'ambiance. Morbide, dépressive, caverneuse... Seul Burzum est capable de créer une telle atmosphère, sorte de bande son lugubre à ce monde ancien et féerique qu’il regrette tant. "Burzum/Aske" est probablement l'oeuvre la plus diversifiée dans toute la discographie de l'artiste. En plus du Black Metal glacial, on retrouve une pièce très "ambiant" au synthé, un collage d'ambiances horrifiantes (enregistré avec Euronymous lui-même), une piécette minimaliste à la guitare et même un morceau à la Bathory en la forme de "War". Un album absolument indispensable pour tout ceux qui s’intéressent au Black.



Feeble screams from forests unknown
Ea lord of depths
Spell of destruction
Channeling the power of souls into a new god
War
The crying orc
My journey to the stars
Dungeons of darkness
Stemmen fra taarnet
Dominus sathanas
A lost forgotten sad spirit

Spilt inn i Grieghallen Lydstudio i januar 1992


This page:




Help/FAQ | Terms | Imprint
Home People Pictures Videos Sites Blogs Chat
Top
.